Notre histoire

Un saut dans le passé

Parce que l’Histoire permet de comprendre l’état actuel des choses, nous allons essayer de retracer sur cette page l’histoire de notre petit village où il fait bon vivre.

Nous remercions, Monsieur Jean-Pierre HERVIEUX, lequel a sorti divers ouvrages dont le livre « Saint-Pierre-de-Varengeville d’hier » dans lequel il a retranscris l’histoire de la commune. Il a, également, écris de nombreux articles sur celle-ci dans le bulletin d’informations municipales pendant de nombreuses années.

Des origines gallo-romaines

L’histoire de notre village remonte à l’époque romaine. Une voie antique traversait le village reliant Rotamagus (Rouen) à Juliabona (Lillebonne), puis continuait jusqu’à Harfleur. En venant de Rouen, cette voie empruntait le tracé de l’actuelle RD 43. « Cette voie valut à notre commune de s’appeler Varengeville-la-Chaussée avant la révolution. »

Depuis la première moitié du 19e siècle, plusieurs traces d’une occupation romaine ont été retrouvées. Vous pourrez, d’ailleurs, retrouver au musée de Rouen, une meule à broyer découverte à Saint-Pierre-de-Varengeville. Des débris de constructions antiques, des vases antiques et tout un tas d’objets, pièces de monnaie et éléments de construction ont pu être retrouvés. 

« L’ensemble de ces découvertes atteste une présence humaine relativement importante entre la Tène II et le IIe siècle après J.-C., puis une disparition progressive à partir du IIIe siècle. Le village n’aurait repris vie qu’après l’an 1000. »[1]

Il existe des traces d’une enceinte fortifiée dominant la Seine au hameau de l’Anerie, laquelle l’abbé Cochet attribue à la civilisation gauloise.

 

Une organisation paroissiale au Moyen Age

« A la fin du XIIe siècle apparaissent de profondes modifications des conditions de vie des serfs : en effet, la plupart des seigneurs leur rendent leur liberté et quelques terres. Le domaine du seigneur se transforme alors en village ; c’est à cette époques que se créent les communautés d’habitants, appelées paroisses, dont le mode d’organisation subsiste jusqu’à la révolution. 

La paroisse primitive consistait en une église dans laquelle le peuple d’une contrée limitée se réunissait pour participer à l’office dominical. Les marques principales de la paroisse étaient l’existence de fonds baptismaux dans l’église, l’adjonction d’un cimetière, la desserte par un curé et la perception de dîmes.

D’après un concile tenu à Orléans au Ve siècle, dix maisons suffisaient pour constituer une paroisse. »[2]

Notre commune fut composée de deux paroisses jusqu’à la Révolution, Saint-Pierre de Varengeville et Notre-Dame de Varengeville. Ces deux paroisses dateraient de la fin du XIIe siècle. On trouve des traces des deux églises les composants à partir de 1180. En 1823, la paroisse Notre-Dame fut supprimée et les deux paroisses n’en formèrent qu’une sous le vocable de Saint-Pierre-de-Varengeville.

Il faut savoir que le territoire de la commune était situé dans la baronnie de Duclair, laquelle appartenait, à l’époque, à l’abbaye de Jumièges.

Le territoire de Saint-Pierre-de-Varengeville était composé de 5 fiefs :

  • Le fief de Varengeville ;

  • Le fief de Beaumets ;

  • Le fief de Mellemont ;

  • Le fief de Monthiart ;

  • Le fief des vieux.

Avant la Révolution, la généralité de Rouen était divisée en trois bailliages : Rouen, Caux et Evreux. Saint-Pierre-de-Varengeville se trouvait dans celui de Rouen. Les bailliages, quant à eux, étaient divisés en sergenteries. Notre commune dépendait de la sergenterie de Saint-Georges-de-Boscherville.

 

L’époque révolutionnaire

En 1789, l’assemblée constituante procéda au découpage de la France en circonscriptions et, notamment en circonscriptions départementales. C’est ainsi que le 7 septembre 1789, l’abbé Sieyès proposa à l’Assemblée nationale l’élaboration d’un plan de réorganisation administrative du royaume. Dès 1790, la France est divisée en 83 départements. 

Les départements étaient, quant à eux, divisées en districts, eux-mêmes divisés en cantons. 

Notre commune faisait partie du département de la Seine Inférieure. Il fut divisé en 7 districts : Rouen, chef-lieu du département, Cany, Caudebec en Caux, Dieppe, Gournay en Bray, Montivilliers et Neufchâtel en Bray. Nous faisions partie du district de Caudebec en Caux et du canton de Duclair.

Au 10 janvier 1790, le canton de Duclair comprenait les paroisses suivantes : Duclair, Aulnay, Ecalles sur Villers, Heurteauville, Jumièges, Le Mesnil sous Jumièges, Notre-Dame-de-Varengeville, Sainte-Marguerite, Saint-Paër, Saint-Pierre-de-Varengeville, Le Trait, Le Vaurouy, Les Vieux, Villers-Chambellan et Yainville.

Cette organisation connus de multiples modifications jusqu’en 1870, date à laquelle, notre commune prit la forme que nous lui connaissons, aujourd’hui.

A la révolution, l’ensemble des biens religieux furent saisis par le gouvernement et vendus comme biens nationaux.

 

De 1870 à nos jours

L’année 1870 a été marquée par beaucoup de misère. En effet, le 19 juillet 1870, la France déclare la guerre à la Prusse. Déclaration qui se retournera contre la France et l’empereur du Second Empire car l’armée du Rhin est vite battue et Napoléon III capitule le 2 septembre.

« Le conseil municipal se réunit pour la première fois depuis la déchéance le 18 septembre 1870 et demande la création d’un impôt spécial qui ne frapperait que les propriétaires fonciers pour venir en aide aux 350 ouvriers sans travail en raison de la cessation d’activité des usines ; cette initiative reçoit le refus du Préfet ; le maire sollicite alors l’aide de mesdames DIEUSY et SCHLUMBERGER principales propriétaires de la commune qui acceptent. »[3]

En décembre 1870, les prussiens étaient chez nous, occupèrent la ligne de défense La Fontaine – Clères et firent saisir 6 navires anglais qu’ils firent couler face au hameau de l’Anerie et à la Chaise de Gargantua. Ils firent établir une batterie à la Fontaine pour défendre ce barrage.

En janvier 1871, les prussiens mirent les pieds sur la commune, laquelle pris à sa charge la fourniture de chandelles pour fournir l’éclairage et la fourniture du pain. Le gouvernement prussien n’en eut pas suffisamment et mit notre bourgade à contribution à hauteur 25 francs par habitant soit une somme de 34 650 francs avant le 17 février 1871.

Après maintes négociations, le général en chef des troupes prussiennes accorda une faveur en baissant le montant de la somme due.

Le chef de la 1ere armée prussienne, le général Von MANTEUFFEL séjourna au château de Saint-Pierre-de-Varengeville sur ce début d’année 1871 et se retira de la commune avec ses troupes en avril 1871.

Il semble y avoir peu d’événements marquants jusqu’à la Première Guerre Mondiale.

Le 2 août 1914, Charles PIGACHE, alors maire de la commune informe les membres du conseil municipal d’une délibération prise le même jour par le Bureau d’Aide Sociale décidant l’organisation et la distribution de secours aux familles dont les chefs viennent d’être mobilisés. Ils décidèrent d’équiper les gardes communaux de revolvers et de brassards. 

4 jours plus tard, ce même conseil décide de mettre à disposition des familles dans le besoin, les crédits non employés des différents budgets. Il faut savoir que les usines sont à l’arrêt depuis la déclaration de guerre.

La commune a été très présente lors de cette guerre. Elle a, comme presque toutes les communes de France, érigé un monument aux morts suite à celle-ci, lequel est situé dans le cimetière communal.

 


 


[1] Citation livre J.-P. Hervieux – Chapitre 1 – Un peu d’histoire | I. – Les origines | P. 34

[2] Citation livre J.-P. Hervieux – Chapitre 1 – Un peu d’histoire | II. – Des origines à l’époque révolutionnaire | P. 37

[3] Citation livre J.-P. Hervieux – Chapitre 1 – Un peu d’histoire | VI. – La guerre de 1870 | P. 64