Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 février 2017

Exposition au centre d'Art contemporain

Anthropocène Penguin, Dominique Vervisch

14 janvier – 9 avril 2017

Centre d’Art Contemporain de la Matmut 

Anthropocene penguin.JPG

L’exposition est ouverte du 14 janvier au 9 avril 2017, du mercredi au dimanche, de 13h à 19h

Fermée les jours fériés

Entrée libre

 

Autour de l'exposition

Visites commentées / Dimanche 22 janvier, 5 et 19 février, 5 mars 2017 à 15h, entrée libre

Ateliers pour enfants / Samedi 4 et 18 février, 1e avril à 14h, gratuits, inscriptions au 02 35 05 61 71

Rencontre dédicace avec l’artiste / Dimanche 29 janvier et 19 mars 2017 à 15h, entrée libre

Atelier en famille / Samedi 4 mars 2017 à 14h, gratuit, inscriptions au 02 35 05 61 71

Visite en famille / Dimanche 2 avril 2017 à 15h, entrée libre

Catalogue en vente au bénéfice de la Fondation Paul Bennetot 20 EUR au Centre d’Art Contemporain de la Matmut ou sur demande en remplissant le formulaire de contact sur www.matmutpourlesarts.fr 

DP Dominique Vervisch.pdf

 


Dominique Vervisch, peintre visionnaire, né le 18 février 1953 (verseau, ascendant pingouin) à Sotteville-lès-Rouen, vit et travaille en Normandie.

« Je vous souhaite la bienvenue dans Anthropocène Penguin, titre de mon exposition au Centre d’Art Contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de-Varengeville.

L’Anthropocène, qu’est-ce que c’est ? C’est la nouvelle ère de la terre où nous sommes engagés depuis la période industrielle occidentale. L’homme bouleverse le climat, ce qui n’était jamais arrivé.

Devant ce constat, j’ai convoqué mon ami le pingouin ! Propre sur lui, toujours bien habillé mais de port modeste, il y a quelque chose de burlesque dans son destin parfois tragique, sa démarche peut-être… S’il n’habitait pas si loin, le manchot serait le meilleur ami de l’homme. Pourtant, il est très menacé dans son environnement (voir le dernier film de Luc Jacquet Antarctica, 10 ans après La marche de l’empereur).

D’une certaine façon, le pingouin interroge le fonctionnement de notre société sur la capacité de l’homme à concevoir son existence sous une forme adaptative et non appropriative.

Pour conclure, je peins le dérèglement climatique mais à ma façon climato-ironique où il y a continuellement décalage et mystification en espérant réussir à réenchanter l’avenir de la planète bleue. »

 

L’exposition sera présentée en trois parties :

  • Dans la salle boisée, seront présentées 5 copies de maitres anciens (Léonard de Vinci, Vermeer et Edward Hopper) réinterprétées et mises en scène en retouches glacées, accompagnées de quelques vrais manchots
  • Dans les salles du rez-de-chaussée, la période enneigée dont des œuvres récentes
  • Dans les salles du rez-de-jardin, la période verte ou l’exubérance végétale compense la déforestation ainsi que quelques dessins et estampes et une vidéo sur le travail de Dominique Vervisch par Sarah Vervisch.

Les commentaires sont fermés.