Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 avril 2010

Respect de l'environnement

A Saint-Pierre de Varengeville, notre avenir est entre nos mains

Comme elle s'y était engagée dans sa profession de foi, la nouvelle équipe municipale s'efforce de suivre toute recommandation qui favorise réellement le développement durable, les énergies renouvelables et, au minimum, privilégie les comportements éco citoyens. Si, dans certains cas, cela passe par des investissements, cela peut aussi concerner des actes et gestes quotidiens.

Eco citoyenneté : c'est l'affaire de tous

La commission jeunesse l'a démontré en 2009 en s'impliquent dans le ramassage de déchets sauvages, opération qu'elle va renou veler en 2010, soutenue financièrement par la Mutualité Sociale Agricole. Probablement avez-vous aussi des idées d'actions tant individuelles que collectives ?

N'hésitez par à nous en faire part pour qu'avec vous, nous construisions un demain plus sain !


Aux espaces verts, économie rime avec écologie

L'atelier communal à proximité du stade a été conçu de manière à canaliser les eaux pluviales dans le bassin situé juste derrière : il ne restait plus qu'à exploiter cette réserve. Ce fut chose faite avec l'installation d'un système de récupération permettant le remplissage de la tonne d'eau utilisée pour l'arrosage des massifs fleuris et le lavage des véhicules communaux.

Récupérer de l'eau n'exclut pas de veiller à son utilisation : il a ainsi été décidé depuis maintenant deux ans qu'à chaque renouvellement de massifs seraient privilégiées des plantes vivaces moins consommatrices. A cette occasion, votre service des espaces verts a également préconisé l'utilisation de Sanoplant, rétenteur d'eau spécialement conçu pour les gazons et cultures ornementales de fleurs, arbustes et arbres.  Ces comprimés d'engrais CO2 favorisent une croissance saine et vigoureuse des plantes.

On notera au passage que ces nouveaux végétaux présentent bien des avantages : ils demandent moins d'entretien, offrent pour certains un fleurissement différent en période hivernale et ont enfin une durée de vie plus importante. Il était donc naturel de suivre les recommandations de nos spécialistes d'autant que le coût d'achat des fleurs annuelles a été depuis divisé par deux.

Qui dit massif de plantes dit bien évidemment paillage et, là aussi, il y a moyen d'avoir « la main écolo ». Dans certains cas, un paillis couvre sol 100% naturel, en paille de froment déshydratée, est appliqué après la plantation ; dans d'autres, c'est le broyage des différentes tailles d'arbre qui est utilisé.

Si le service des espaces verts a déjà bien contribué au tournant écologique voulu par l'équipe municipale, il n'en réfléchit pas moins à de nouvelles formes d'action. C'est ainsi qu'il a lancé depuis le début de l'année une étude sur l'alternative aux produits phytosanitaires, avec pour objectif raisonnable de diminuer de moitié ces traitements chimiques l'année prochaine. Le nouveau procédé consistera en un désherbage thermique sur l'ensemble de la voirie (bordures et caniveaux) et, si ce traitement devra être appliqué plusieurs fois au début, il portera ses fruits dès la troisième année.

Aux services administratifs, fourniture rime avec respect de la nature

Ce n'est pas parce qu'on veut préserver la planète qu'il ne faut pas prendre le temps de la réflexion : ainsi, pourquoi commander du papier 100% recyclé quand on sait qu'il n'a été rendu plus blanc que par l'utilisation de produits polluants.

Mieux vaut donc privilégier les fournitures et enveloppes en papier 50% recyclé, qui nous sont préconisées par notre fournisseur dans le respect de «l'éco label européen », à savoir la prise en compte de l'ensemble des impacts des façonnés de papier sur l'environnement depuis leurs matières premières et leurs processus de fabrication, jusqu'à leur fin de vie.

Si l'on ne peut pas mesurer l'impact financier de ce choix car les quantités de fournitures ne sont pas les mêmes selon le type de papier retenu, on peut au moins se réjouir d'encourager à notre modeste mesure une gestion forestière écologiquement adaptée, socialement bénéfique et économiquement viable. 


Le vélo et la marche, c'est bon pour la santé de l'homme comme de la planète

Si le chemin piétonnier menant au carrefour du Haridon a d'abord été réalisé pour la sécurité des piétons entre l'église et les hameaux du Candos, des Mailles et du Haridon, il n'en demeure pas moins qu'il fait partie d'une vision globale qui vise à favoriser les déplacements piétonniers sur l'ensemble de la commune et, par la même, à réduire l'utilisation de la voiture.

Que ce soit dans le cadre de l'aménagement du centre bourg, de l'organisation de la voirie du lotissement du bourg Joly et de l'implantation de la superette auprès du futur pôle sportif, la réflexion des élus intègre cette idée directrice qui doit inciter autant que possible à la marche ou à l'utilisation du vélo. Ainsi, des parkings à vélo pourraient voir le jour en différents points de la commune ; en tout cas, les employés communaux amenés à se déplacer fréquemment sur St-Pierre montrent l'exemple puisque des vélos leur ont été achetés ou commandés.

Chauffage : investir pour faire des économies

Après les menuiseries extérieures des logements de fonction des écoles qui ont été remplacées fin 2009, ce sont les fenêtres du premier étage de la mairie qui sont changées cette année : une meilleure isolation pour donner plus de confort et réduire la facture d'énergie.

Et lorsque la réduction de la facture énergétique peut être associée à un mode de chauffage plus écologique, il ne faut pas hésiter à prendre la bonne décision, quitte à retarder certains travaux. Tel a été le cas en juin 2008 où le conseil municipal a souhaité profiter de l'extension de la salle polyvalente pour revoir le système global de chauffage. Si l'étude a pris du temps et décalé les travaux, elle va conduire à l'installation d'un chauffage par aérothermie, certes plus onéreux au départ mais plus rapidement amorti et plus économique et efficace à terme.

Un financement de 40 000 € est prévu au budget pour lancer, dans un premier temps, une étude thermique sur l'ensemble des bâtiments communaux et, dans un deuxième temps, pour réaliser les travaux préconisés.

Les commentaires sont fermés.