Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 janvier 2009

La garde Nationale

Créée en 1789, la Garde Bourgeoise de Paris, milice civique, participa à la prise de la Bastille. Son commandant, LAFAYETTE, lui donna le nom de Garde Nationale. Elle fut étendue à l'ensemble du territoire et servira de réserve pour le recrutement des volontaires de 1791.
Elle joua un rôle actif lors des journées révolutionnaires de 1792. Dissoute à plusieurs reprises, elle réapparaît régulièrement entre 1796 et 1825 et demeure de tendance libérale. Dissoute à nouveau en Avril 1827, mais non désarmée, elle se reconstitue dès le 27 juillet 1830 et participe à la Révolution de 1830. Elle est réorganisée par Louis Philippe par une loi promulguée le 22 Mars 1831. Elle était chargée de défendre la royauté constitutionnelle, de conserver et de maintenir l'ordre et la paix publique et de seconder l'année dans la défense du territoire.
Les gardes nationales étaient organisées en compagnies par commune et formaient un bataillon par canton; les dépenses en découlant étaient à la charge des communes. Tous les citoyens de 20 à 6O ans devaient assurer le service de la Garde Nationale.

Les archives communales comportent des listes des années 1830 à 1837. Le 1er Septembre 1830, le Maire, Monsieur DROUET, charge Monsieur ROGER, garde champêtre, d'avertir les 156 hommes recensés qu'ils sont convoqués à la Mairie le Lundi 6 Septembre à 7 heures du matin pour constituer la Garde Nationale et élire leurs officiers.
La 1ere compagnie est composée de 97 hommes. Elle est commandée par Aimable LEMONNIER, Capitaine, secondé par André MARTIN, lieutenant, François PHILIPPE, sous lieutenant, Augustin LA TOUR, sergent major; elle comprend en outre 4 sergents et 8 caporaux, Jacques RIVIERE en est le tambour.
La 2e compagnie comprend 89 hommes. Elle est commandée par Jean Baptiste SEHET, lieutenant (et futur maire de Saint-Pierre), secondé par Jean QUIBEL, sous lieutenant, aidé de 4 sergents et 6 caporaux; le fils PIERRE est tambour.
A partir de 1834, les listes comportent, outre les noms, l'âge et la profession des gardes nationaux.
En Mai 1834, l'état de contrôle comprend 75 noms. Des cultivateurs y côtoient des propriétaires, des maçons, des charpentiers. des aubergistes et un boucher. Le benjamin Edouard DELEPINE, a 21 ans, le doyen Jean SAILLARD a 54 ans. Il est propriétaire.
En Février 1835, il n 'y a plus que 73 noms. Louis JOURDAIN, 55 ans, cultivateur, est maire (depuis Décembre 1831), Frédéric ALLAIS, 38 ans, également cultivateur, est son adjoint. La Garde Nationale est commandée par André MARTIN, 52 ans capitaine, secondé par Pierre DELAUNAY, 44 ans, sous lieutenant, et Pontif QUIBEL, 49 ans, sous lieutenant. Ils sont tous trois propriétaires.
En Février 1837, il ne reste plus que 64 hommes. Le 28 Août 1870, une liste des hommes composant la Garde Nationale sédentaire est dressée en application de la loi du 12 Août 1870. Elle comporte 82 noms et est composée, principalement d'ouvriers de filature et de cultivateurs mais également du directeur de la filature.
Le 18 Septembre 1870, le Conseil Municipal décide d'armer 84 gardes nationaux. Le bataillon de la Garde Nationale de Duclair est commandé par Charles DARCEL. Charles DARCEL était à cette époque maire de Berville sur Seine et conseiller général du canton de Duclair. Les dépenses de la Garde Nationale du canton s'élèvent à 1.095,60 francs. Cette somme est répartie entre les communes au prorata de la population. Saint-Pierre doit régler 76,34 francs. Charles DARCEL écrit au maire de notre Commune et lui demande d'inscrire cette somme au budget additionnel de 1871 ( ce qui n'avait pas été fait au budget primitif). La commune connaissait à cause de la guerre, de graves difficultés financières. Dans ce même courrier, Charles DARCEL indique que le bataillon de Duclair avait demandé à participer aux combats de Buchy, le 5 Décembre 1870, mais que leur proposition n'avait pas été retenue par l'état major. La Garde Nationale s'étant ralliée à la Commune de Paris, fut définitivement dissoute le 30 Août 1871.

Jean-Pierre HERVIEUX - Maire-Adjoint

Les commentaires sont fermés.